L’UBAF dispose d’un système de lutte anticorruption efficace

Lutte contre la corruption

Jean-Claude Gelhaar - Directeur Général de l'UBAF
UBAF
  • Conformité
17 mars 2020

Lutte anticorruption

Au-delà des prescriptions réglementaires, l’éthique s’impose comme une incontournable nécessité dans la gestion des courants d’affaires qui lient l’UBAF à sa clientèle et à ses prestataires.  

La prévention de la corruption sous toutes ses formes est l’un des vecteurs de gestion de la conformité générale de l’UBAF auquel sa Direction Générale accorde une attention particulière.

Un dispositif spécifique a été mis en place et sensibilise nos collaborateurs par des actions de formation obligatoires dédiées aux différentes situations pouvant se présenter et aux comportements à adopter dans de tels cas. Ce dispositif est complété par des procédures spécifiques d’entrée en relation avec nos cibles commerciales ou de maintien de clients existants (« KYC ») ou vis-à-vis de prestataires et fournisseurs (« KYS »).

Des normes internes régissent de manière très limitative les possibilités d’accorder ou de recevoir des avantages personnels. Une supervision récurrente de ces éléments est effectuée dans des instances managériales présidées par la Direction Générale afin de s’assurer de l’effectivité de ces mesures.

Ce dispositif est porté à l’attention de notre Conseil d’Administration au sein duquel l’influence du Groupe Crédit Agricole est patente du fait de son emprise de plus de 47% sur l’UBAF. Le groupe Crédit Agricole est la première banque française à bénéficier de la norme internationale ISO 37001 délivrée au titre de la qualité de son système de prévention de la corruption.

L’obtention de cette certification illustre l’engagement de longue date du Crédit Agricole en matière d’éthique dans les affaires, élément clé de sa politique de responsabilité sociale d’entreprise. L’UBAF fait sienne cette démarche et adapte ses processus en conséquence. 

Voir aussi

Dans le même thème